• giorgiabasili

Gaia Bellini et son lien avec la nature : une interview

Aktualisiert: Apr 15


Comment sont nés les Sindoni Vegetali ? Racontez-nous le lien avec la teinture naturelle à partir de vos voyages ...

J'identifie formellement le début de mon parcours dans une expérience qui m'a donné le courage de transformer mon quotidien en ce que l'on appelle l'art. Avec toute l'insouciance de mes dix-huit ans, il y a six ans, j'ai acheté un billet pour l'Argentine qui a changé ma vie. Ce fut un voyage fait d'imprévus et de fatalités, à travers toute l'Amérique latine, en faisant du stop et, tous les quelques jours, en tant qu'hôte de plusieurs familles ou dans des tentes à l'intérieur de parcs nationaux.

Sans certitudes et en passant par la découverte continue de concepts, d'intuitions et de formations expérientielles, grâce aux femmes qui m'ont aidé pendant le voyage, j'ai appris la force et la merveille de la délicatesse, de la gentillesse, et avec celles-ci la grande tradition artisanale des couleurs qui naissent du monde végétal qui unit les cultures les plus anciennes du monde.

C'est ainsi qu'est né en moi le besoin de raconter la vie par l'image : la manière la plus autonome d'exprimer les sensations que je connais. J'ai donc choisi d'approfondir la partie esthétique à l'Académie des Beaux-Arts de Venise où j'ai marqué mon chemin par des promenades quotidiennes à l'intérieur de la Gallerie dell'Accademia.


Sindoni vegetali. Dittico a Marsia - Gaia Bellini

J'aime marcher comme un exercice visuel parmi les magnifiques œuvres d'art de la Renaissance. Je suis d'abord tombée amoureuse des couleurs, en laissant de côté la forme. Puis mon attention s'est portée sur le fond, sur ces merveilleux jardins de l'âme, qui étudient les symboles des domaines les plus disparates de la vie humaine, placés au début et à la fin du monde. Avec mes œuvres, j'ai donc essayé de trouver ma propre interprétation pour cette beauté délicate et précieuse. Ainsi, après une recherche intérieure en moi-même, l'étude et la compréhension de l'esthétique du vide, j'ai trouvé un moyen d'exprimer ma poétique à travers les Linceuls végétaux.


Comment combinez-vous le dessin et l'installation dans vos recherches ?

Je n'ai jamais considéré ces manières d'exprimer sa recherche comme quelque chose à combiner, ni comme des concepts séparés. Elles sont toutes deux des extériorisations matérielles d'un monde intérieur qui deviennent une matière égale pour la seule raison qu'elles proviennent de la même main et du même esprit.


#10 - Gaia Bellini

Mon expérimentation concerne, entre autres, l'importance des matériaux : quand on commence à penser aux teintures naturelles comme modus operandi, on devient plus sensible au monde naturel qu'autre chose. Bien qu'il soit possible de l'aborder à long et à court terme, l'accent est mis sur les matériaux. La sensibilité que vous utilisez pour chercher des réponses devient votre centre d'intérêt. Vos sources deviennent vraiment différentes, la couche botanique vous fournit la matière, et les techniques vous aident à l'exprimer. De cette façon, la matérialité des teintures naturelles vous amène au cœur de la couleur.


#7- Gaia Bellini

Cette activité transformatrice et ce qu'elle incarne sont véritablement envoûtants. J'essaie d'approfondir un aspect minuscule, en creusant profondément, dans l'espoir que, de cette façon, il soit possible de comprendre quelque chose de plus grand sur qui je suis. La pratique incarne ainsi la possibilité d'approcher la connaissance et devient une réponse à l'immatérialité du virtuel.



Quelles lectures, œuvres visuelles, sonores ou cinématographiques ont influencé ou influencent votre travail ?

Toutes ces choses m'inspirent : la poésie, la phytothérapie, la littérature, l'esthétique, l'histoire et la philosophie. La lecture est la principale source de mes connaissances, et j'adore les livres en papier. Je pense que ma passion pour l'écriture et mes recherches dans des carnets en dépendent également.

J'aime aussi les mots, je trouve qu'il est essentiel pour un artiste visuel de chercher les mots justes pour exprimer ce qu'il a en tête et donner une image claire d'un concept et peut-être, mon attention aux mots vient de ma passion pour la chanson et le théâtre italien. Ensuite et avant tout, la nature, dans laquelle je respire et profite de la vie quotidienne, est une source d'inspiration.

J'aime me nourrir de la beauté. De cette source esthético-psychologique naissent des intuitions qui se matérialisent et font en sorte que les projets voient le jour. Je dirais dans une liste non exhaustive Vecchioni, Mancuso, Baricco, Pasqualotto.


#2 - Gaia Bellini

Comment vivez-vous cette période difficile de la pandémie ? Votre travail avance-t-il ou vous sentez-vous freiné et découragé (par le manque de contacts/ressources) ?

La nature ne s'arrête pas ! Au-delà de la triste situation historique, j'ai vécu la quarantaine d'une manière très sereine. Cette longue coupure avec le quotidien m'a permis de me concentrer pleinement sur mon art et de réfléchir. Il existe un lien entre l'art, en tant qu'acte créatif, notre perception de l'espace et du temps et l'immobilité - l'absence d'engagements. Le silence des voitures qui ne passaient finalement pas devant la maison était un terrain fertile pour mes pensées ou mes croquis. C'était aussi un terrain fertile pour la culture de toutes ces "mauvaises herbes" qui poussaient dans les vallées proches de la maison - mes matériaux préférés.


Sindoni vegetali. Dittico a Marsia - Gaia Bellini

Pouvez-vous nous expliquer quel est le concept derrière vos Sindoni Vegetali ?

Sindoni Vegetali en français veut dire "Linceuls végétaux", ce sont des toiles dans lesquelles j'enferme des graines et des baies, créant ainsi de véritables impressions végétales. La couleur se manifeste au fil du temps sur les tissus.

Pour créer ces œuvres, j'utilise une technique d'impression botanique qui - au cours d'une longue période de contemplation, plombée par de fortes variables qui affecteront le résultat - garantit que la toile absorbera ce qui est l'empreinte et la couleur de la matière botanique enveloppée à l'intérieur, pendant la première étape du Changement. Les toiles, ainsi que la trace botanique qu'elles contiennent, deviennent les peaux d'une nature qui existe maintenant et plus demain, dans un changement silencieux et continu de couleurs vibratoires.

De véritables linceuls donc, mais cette fois de la nature dont nous faisons tous intrinsèquement partie. Pour créer les Linceuls Végétaux, j'utilise des graines et des baies de mon territoire parce que c'est la partie que la plante produit dans l'intention de se recréer, et qui, en allant à la récolte, n'endommage pas la plante elle-même. J'utilise les plantes du territoire comme un signe du lien qui unit les corps au lieu qui les a générés. Nous avons tous besoin de garder les pieds sur terre, si possible sur notre territoire.


Sindoni vegetali. Dittico a Marsia - Gaia Bellini

Tout comme les herbes sauvages, nous reflétons l'histoire des lieux, de la terre dans laquelle nous puisons la force de pousser. Cette première phase est ce que je considère comme une performance cachée. Après avoir été encadrée et au fil du temps, la toile va ensuite se transformer sous l'effet de la lumière du soleil jusqu'à ne laisser sur la surface que les signes les plus intenses que le temps a gravés, le rendant intrinsèque à la toile, et dans certains cas retournant au vide originel.

Dans cette série de Linceuls végétaux, le composant primaire ne sera plus le signe mais l'absence du même, dans un mouvement de création à rebours, comme dans une spirale : la destruction devient, à son tour, un nouveau type de création. C'est ma façon de parler de la délicatesse, mais aussi d'accepter le caractère transitoire des choses, enfin, de saisir la beauté de l'impermanence.


© All rights reserved FMB Art Gallery / FMB Globo Arte srls

0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen